Le site des amoureux du style de vie à la Française Vivre en France comme des Français

STORY

PICTO ARTISTE Created with Sketch.

L’Ecole de Pont-Aven

Au 19e siècle, le charmant village breton de Pont-Aven devient le repère d’un groupe d’artistes en quête de nouveauté. Regroupés autour de la forte personnalité de Paul Gauguin, la Bretagne est, pour eux, « une fenêtre ouverte sur le monde. »

La Bretagne comme source d’inspiration première

À la fin des années 1880, Paul Gauguin abandonne définitivement l’impressionnisme pour une peinture qu’il souhaite plus poétique et sacrée. Au goût du rêve, s’ajoute chez lui le désir de revenir aux sources de l’humanité, à la pureté de la terre. La Bretagne, encore isolée, lui semble une terre hors du temps.
Rapidement, de nombreux artistes se reconnaissent dans ce désir de retour à la liberté des sujets et de leurs traitements. Fuyant les salons parisiens qu’ils jugent hypocrites et méprisants, ils sont de plus en plus nombreux à venir séjourner à Pont-Aven, village du Finistère abritant, à l’époque, seulement 1 500 habitants. Ils s’inspirent alors des traditions bretonnes et de ses paysages, prenant souvent comme modèle les paysans vaquant à leurs occupations.

« J’aime la Bretagne. J’y trouve le sauvage, le primitif. Quand mes sabots résonnent sur ce granit, j’entends le ton sourd, mat et puissant que je cherche en peinture. »

Paul Gauguin

En leur offrant une qualité de vie remarquable, les aubergistes de Pont-Aven jouent aussi un rôle clé dans le développement de ce qui devient bientôt un véritable courant artistique. Propriétaire de l’Hôtel des Voyageurs, Julia Guillou, surnommée « Mademoiselle Julia » par ses clients, tire profit de la présence des peintres et propose une nourriture de qualité à bas prix afin d’en attirer le plus possible.

Marie-Jeanne Gloanec, grande figure de Pont-Aven, possède quant à elle une pension dans laquelle Paul Gauguin rencontra un jour Emile Bernard. Comme le prouve son œuvre La Belle Angèle, ces femmes servaient aussi régulièrement de modèles pour des tableaux qui, aujourd’hui, témoignent de l’ambiance particulière qui régnait dans leurs établissements.

Les caractéristiques d’un courant artistique

L’interprétation de la nature ajoutée au désir de montrer ses sentiments par le trait caractérise la peinture de ce que l’on appelle "l’Ecole de Pont-Aven". S’opposant à la peinture officielle, rejetant le modèle gréco-romain, les peintres de la petite ville bretonne s’inspirent des estampes japonaises et de l’art du Moyen Âge. Ils privilégient les formes plates, rejettent la traditionnelle perspective pour attirer d’emblée l’attention sur le sujet central et prônent la liberté. Paul Gauguin, chef de file de ce courant pourtant composé d’indépendants, défendra « le droit de tout oser, oser la couleur, exalter la nature, aller à l’essentiel. » Quelques années plus tard, avec Paul Sérusier, il sera à l’origine d’un mouvement qui poursuivra le travail initié à Pont-Aven : celui des Nabis.
Aujourd’hui, un musée est consacré sur place à ce courant artistique hors norme qui fit la renommée de ce joli village breton qui en mérite tant. Un parcours chronologique présente une collection incroyable de 4 500 œuvres. On peut également y découvrir une ancienne salle à manger dans laquelle se réunissaient les peintres en voyage.

Pour programmer votre visite au musée et en découvrir les expositions temporaires.

Bérengère pour Comme des Français

---

Poursuivez votre balade en terre d’art :
Pèlerinage impressionniste en Ile de France
Gustave Courbet, le scandaleux originaire de Franche Comté
La peinture française la plus connue au monde