Le site des amoureux du style de vie à la Française Vivre en France comme des Français

STORY

PICTO CHIC Created with Sketch.

Jean-Paul Gaultier : les créations emblématiques de sa carrière

Depuis les années 1980, Jean-Paul Gaultier s’illustre comme une figure emblématique du monde de la Haute Couture en renversant les codes vestimentaires et sociaux. Défilés et collections avant-gardistes : il habille les hommes en femmes et les femmes en hommes, et tend à décomplexer les mœurs face aux a priori sur le genres et orientations sexuelles.
 

La marinière

La marinière a souvent été source d’inspiration pour les grands couturiers français. En 1917, Coco Chanel associait la célèbre blouse rayée à col marin à des pantalons à ponts. Déjà, la marinière était mise au service de l’universalisation de la mode (les pantalons étant réservés au vestiaire masculin et la marinière représentant le vêtement de travail des marins).

Réinventée par Yves-Saint-Laurent en 1966 à travers sa collection matelot, le tricot rayé se transforme en robe à sequins ! La marinière devient alors un motif féminin.

Enfin c’est en 1983, année de sortie de sa première collection de prêt à porter masculin intitulée « L’Homme-Objet » (ou « Boy Toy ») que Jean Paul Gaultier fait de cette pièce l’une des créations emblématiques de sa carrière. Suite à un accident, Jean-Paul Gaultier découpe la marinière et lui confectionne un dos nu. Porté par des mannequins hommes, ce haut moulant et dénudé renverse une fois de plus les codes vestimentaires et les stéréotypes genrés de la société.

On associe cette création au film Querelle, sorti en 1982, qui retrace l’histoire d’un jeune marin (arborant donc la fameuse marinière) face à l’évolution de sa sexualité.

« J’aime depuis toujours l’aspect graphique, architectural de la rayure. Ma mère m’habillait déjà avec des pulls marins. Ils vont avec tout, ne se démodent pas et ne se démoderont probablement jamais. Il y a eu aussi d’autres influences : ma grand-mère, Coco Chanel, Jean Genet, Popeye, Tom of Finland, Rainer Fassbinder et son film Querelle, qui était en quelque sorte l’apothéose du marin, un symbole gai et hypersexué, un fantasme, une icône, une forme de virilité pouvant devenir ambiguë »

La marinière a donc marqué les débuts de la carrière de Jean-Paul Gaultier qui en a fait un véritable fil conducteur artistique. On retrouve par exemple cet héritage iconographique dans le design de son parfum « Le Mâle ». Désormais iconique, la marinière s’institue comme un élément phare de la maison, mais aussi du patrimoine vestimentaire français tel que la petite robe noire de Coco Chanel.
 

Le kilt

Historiquement, la jupe est un vêtement unisexe. Durant l’Antiquité, de Rome à Athènes, les hommes portent des toges ou des tuniques, ces ancêtres de la jupe. Confortable, la jupe permet de se mouvoir facilement et est adoptée par les soldats celtes, germaniques et romains. La tradition perdure au cours du Moyen-Âge : tunique courte ou longue, la jupe est omniprésente tant dans le vestiaire féminin que masculin.

C’est à partir du 19ème siècle, ère de l’industrialisation, que les codes vestimentaires changent. Les hommes portent des vêtements pratiques tel que des pantalons, des chemises ou encore des costumes. Tout ornements est alors abandonné. Bijoux, bas, chaussures à talons, maquillage et autres excentricités sont désormais exclusivement réservées aux femmes.

La collection printemps-été de 1985 « Et Dieu créa l'homme » de Jean Paul Gaultier laisse place à un défilé qui révolutionne les codes genrés de la mode. Ce défilé unisexe intitulé « Une garde-robe pour deux » réinvente la jupe pour hommes.

« Dans les années 1980, j'ai voulu faire de la mode pour homme alors qu'on ne faisait que des vêtements. »

Le bustier conique

L’usage du corset est depuis sa création esthétique. Même si plus tard il aura une fonction orthopédique, le corset est d’abord porté pour mette en avant les attributs qui faisaient la beauté d’une femme, à savoir une taille fine et une poitrine saillante. De la sexualisation de la femme à l’idée d’enfermement que représentait le corset pour celle-ci : Jean-Paul Gaultier fait de cette pièce chargée d’histoire et de symboles un véritable terrain de jeu.

Le couturier décide notamment d’aller à l’encontre des mœurs et de transformer le corset, alors considéré comme un objet de fantasmes, en arme de pouvoir. Associé à un costume d’homme et porté par une femme de caractère, l’iconique Madonna lors de sa tournée « Blond Ambition » en 1990, son corset conique parvient à associer pouvoir et sensualité. On retrouve dans cette tenue l’idée d’enfreindre les codes genrés de la mode. La femme n’est plus enfermée dans ce carcan de sexualisation : elle est libre, sexy, extravagante et ne rentre plus dans le moule décidé par la société.

Les seins coniques sont aussi une remise en question des critères de beauté. Selon les mœurs occidentales, la poitrine d’une femme doit être arrondie. Or, cette forme conique si particulière est à l’exacte opposé des standards de la lingerie de l’époque. Pourtant, il devient un véritable symbole de sensualité.

D’autres Stories ?


---

Auxane de Comme des Français